Pauline Lambert

Coordinatrice de l’Equipe Reverdie
Co-organisatrice des séances et de la Journée d’Etude

M’envoyer un mail ou Consulter mon CV

Mots-clés : Astronomie – Texte de savoir – Traduction – Vulgarisation – Moyen français – XIVe siècle – Guillaume de Saint-Cloud – Nicole Oresme – Pèlerin de Prusse.

Agrégée de Lettres modernes et doctorante contractuelle au sein du STIH de Paris-Sorbonne (Paris IV), sous la direction de Madame le Professeur Joëlle Ducos, avec mission d’enseignement à l’UFR de Langue française, je m’intéresse depuis le Master 1 aux textes de savoir écrits en langue vernaculaire dans la seconde moitié du Moyen Âge, et plus particulièrement aux questions de traduction, de compilation, de récriture et de vulgarisation.

Dans le cadre de ma thèse intitulée « Émergence et constitution d’un lexique français de l’astronomie au XIVe siècle », j’ai donc décidé d’étudier les modes de création d’une langue de spécialité française pour l’astronomie au XIVe siècle ainsi que les procédés mis en œuvre pour intégrer ces créations à la langue française, grâce à un corpus de 12 textes, assez différents les uns des autres. En effet, j’étudie 4 traductions du latin (l’ Adrescoir, le Calendrier de la reine, La Compilation de la science des étoiles et le Livre du ciel et du monde), 1 compilation (L’Agrégation des secrets de nature) et 7 textes écrits directement en français (5 traités de la sphère, 1 traité astronomique et 1 traité d’astrolabe). Le corpus se répartit donc en textes purement astronomiques, en textes cosmologiques plus généraux, en textes techniques sur la sphère et en textes techniques concernant des instruments. Si 3 de ces textes sont déjà édités (le Livre du ciel et du monde [1], La Pratique de astralabe [2] et les deux premiers livres de La Compilation de la science des étoiles [3]) j’ai dû transcrire les autres, dans l’espoir d’en fournir une édition.

Cette variété générique me permet de comparer les usages latins et les usages français, donc de déterminer les spécificités de l’écriture astronomique en français, mais également de donner une définition plus précise des limites entre vulgarisation, traduction et écriture spécialisée.

En parallèle à ces recherches, je participe au projet Crealscience (dictionnaire en ligne du français scientifique médiéval), je suis responsable de la publication de la revue de Questes (que vous trouverez en ligne sur le site de Revues.org), j’anime un atelier de découverte des manuscrits médiévaux au sein d’une formation destinée aux enseignants du secondaire et je co-organise les séminaires mensuels de Reverdie, l’atelier de langue française médiévale de la Sorbonne.

Notes :

[1] Livre du ciel et du monde de Nicole Oresme, édité par Albert Douglas Menut, Madison, University of Wisconsin Press, 1377 [1968].

[2] Pratique de astralabe de Pèlerin de Prusse, édité par Edgar Laird et Robert Fischer, Binghamton, Medieval And Renaissance Texts and Studies, 1362 [1995].

[3] Li Compilacions de le science des estoilles de Léopold d’Autriche, édité par Francis J. Carmody, University of California Publications in Modern Philology, Vol. 33, n° 2 (1947), pp. 31-102.

Autres participations :