Zinaïda Geylikman

Co-organisatrice des séances et de la Journée d’Étude

M’envoyer un mail ou Consulter mon CV

Mots-clés : sémantique diachronique – sémantique historique – linguistique diachronique – changement sémantique – polysémie – ancien français – moyen français – français médiéval – vocabulaire féodal – société féodale

Diplômée d’un baccalauréat « Théorie de la traduction et contacts interlinguistiques » de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg en Russie (4 ans d’études universitaires, équivalent de la Licence française), ainsi que d’un Master mention « Littérature, philologie, linguistique », spécialité « Langue française », finalité « Recherche » de l’Université Paris-Sorbonne, j’ai obtenu en octobre 2013 un contrat doctoral à l’équipe SAPRAT de l’EPHE pour la réalisation de mon projet de thèse dont le titre provisoire est « L’évolution sémantique en français médiéval : le cas des dénominations féodales », sous la direction de Madame le Professeur Joëlle Ducos. Ce sujet est un approfondissement de mes mémoires de Licence et de Master 1 et 2 qui m’avaient permis d’étudier le sémantisme de quelques mots en ancien français et, en particulier, celui du substantif baron dans les chansons de geste. Pour mon projet de thèse j’ai choisi d’étudier le sémantisme de 4 dénominations féodales – bachelier, baron, chevalier et vassal – sur un corpus constitué d’une cinquantaine de textes littéraires et documentaires, qui s’étend du XIe au XVe siècles et englobe de cette façon aussi bien l’ancien que le moyen français. Le but de ma recherche est de construire une ou plusieurs structures sémantiques de ces dénominations en fonction des étapes de l’évolution de la langue et des genres textuels et de rendre compte de l’évolution (ou de constater une éventuelle non-évolution) de leur sens. Du point de vue théorique, je m’appuie non seulement sur les travaux des sémanticiens et linguistes spécialistes du français médiéval, mais également sur les recherches des historiens médiévistes : la compréhension de l’organisation et des mentalités de la société féodale me semble indispensable pour l’étude du sens des dénominations en question.

Mes intérêts scientifiques se situent donc autour des diverses questions de la sémantique historique du français médiéval (le changement sémantique, la construction du sens, la polysémie). Dans le domaine de la linguistique générale, je m’intéresse particulièrement au changement linguistique comme phénomène clé de la linguistique diachronique. De manière plus générale, les études linguistiques, philologiques et littéraires du français médiéval sont également très importantes pour mes recherches.

En parallèle à mes activités de recherche, je co-organise les séminaires mensuels de Reverdie, l’atelier de langue française médiévale de la Sorbonne