2016.04 – Elisabeth Berchtold

Mardi 05 avril

Elisabeth Berchtold,
Doctorante en cotutelle de thèse
à l’Université de Neuchâtel et à l’Université de Lorraine

Francoprovençal et français au Moyen Âge.
Quelques réflexions en marge d’un projet lexicographique.

À la différence de l’occitan et du français, le francoprovençal n’a connu à aucun moment de son histoire une forme de prestige plus ou moins standardisée ou une littérature à diffusion suprarégionale. D’un point de vue typologique, les parlers de cet espace sont caractérisés par des phénomènes qu’ils partagent, mais il n’y a jamais eu de développement d’une conscience linguistique commune et aucun nom spécifique a été employé pour les désigner avant que G.I. Ascoli ne forge à la fin du XIXe siècle le terme franco-provenzale qui a depuis été adopté par la communauté scientifique.

Après une brève présentation de la langue et de la situation sociolinguistique du domaine francoprovençal au Moyen-Âge, nous nous intéresserons aux sources dont nous disposons pour étudier l’état ancien de cette langue et dont la scripta mêle dans des proportions variables les composantes française et francoprovençale. En partant de notre travail de thèse, dont l’objectif est d’élaborer les méthodes et les structures d’un dictionnaire de l’ancien francoprovençal et d’en rédiger une partie, nous discuterons les principales difficultés que pose cette situation particulière pour l’étude de l’ancien francoprovençal.