2015.11 – Géraldine Veysseyre

Mardi 03 novembre 2015

Géraldine Veysseyre
Maître de conférences HDR à l’UFR de langue française de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

« Comment élire un manuscrit de base parmi une masse de copies ?
Les cas de la Légende dorée de Jean de Vignay et du Pèlerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville. »

Télécharger l’exemplier

Dès l’ère du manuscrit médiéval, certaines œuvres ont remporté un succès assez considérable pour être copiées dans un très grand nombre d’exemplaires. En l’occurrence, les chiffres les plus élevés concernent des productions du Moyen Âge latin, la littérature vernaculaire restant largement en retrait. Ainsi les quelques 80 manuscrits de la Légende dorée française semblent-ils peu nombreux par rapport aux 1000 copies manuscrites de son modèle latin, la Legenda aurea de Jacques de Voragine (XIIIe s.).

Il suffit toutefois qu’un texte ait été conservé dans plusieurs dizaines de manuscrits pour que son édition soulève des questions aussi bien pratiques que théoriques. Parmi elles, celle des méthodes valides et concrètement réalisables pour élire, face aux traditions manuscrites volumineuses, une version de référence – manuscrit de base ou texte reconstruit.

Après avoir envisagé quelques-unes des spécificités de la textualité médiévale à la lumière d’exemples concrets, nous tenterons de sonder la tradition manuscrite de deux textes religieux en langue d’oïl composés au XIVe siècle et très souvent copiés jusqu’à la fin du Moyen Âge :

  • le Pèlerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville, un poème allégorique composé dans les années 1356-1358 par un auteur cistercien et conservé dans 50 manuscrits ;
  • la Légende dorée traduite par Jean de Vignay dans les années 1340 et conservée dans 34 manuscrits.