2016.10 – Marco Robecchi

Vendredi 7 octobre 2016

Marco Robecchi
Università degli Studi di Verona et Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Le point (provisoire) sur Jean le Long
et ses traductions

coudrette-le-roman-de-melusine-paris-bnf-ms-fr-24383-f-19r

Le but de notre communication est de faire le point sur la recherche que nous menons dans le cadre de notre thèse (qui étudie notamment la traduction du Liber peregrinationis de Riccold de Montecroce). Jean le Long d’Ypres, moine bénédictin, a traduit en 1351 six œuvres latines concernant l’Orient et la connaissance du continent asiatique au XIVe siècle : la Flos historiarum de Hayton, le Liber peregrinationis de Riccold de Montecroce, la Relatio d’Odoric de Pordenone, le Liber de quibusdam ultramarinis partibus de Guillaume de Boldensele, deux lettres échangées entre le khan Togon Temür et le pape Benoît XII et un petit traité intitulé De statu, conditione ac regimine Magnis Canis. On présentera d’abord les six manuscrits qui nous ont transmis ces six œuvres. La récente analyse que nous avons effectuée nous a permis d’identifier deux nouveaux textes transmis avec les traductions de Jean le Long : la traduction inédite d’une légende de la Vie de Mahomet du XIVe siècle et un témoin inconnu du Roman de Mélusine de Jean d’Arras. Il s’agit de deux trouvailles qui nous permettraient de situer la circulation et la réception de ces œuvres dans un milieu de lecteurs assez facilement identifiable. Ensuite, nous nous occuperons plus particulièrement des textes traduits. Comme il s’agit de traductions, nous porterons notre attention sur les modifications apportées par rapport aux originaux latins : ajouts, suppressions et autres modifications. Cette analyse nous permettra de revenir sur la question des destinataires auxquels Jean le Long se serait adressé. En croisant, donc, les données tirées de l’étude des manuscrits avec celles tirées de l’étude traductologique, nous essayerons de proposer des conclusions, provisoires, sur l’impact du corpus de traductions de Jean le Long sur la société française des XIVe et XVe siècles. En effet, jusqu’à ce jour, les savants qui se sont occupés de chaque traduction n’ont pas considéré le corpus dans son ensemble. Même si, en général, nos conclusions ne diffèrent pas considérablement de ce que l’on a appris de l’étude de chaque traduction, notre étude nous permet de proposer des résultats plus sûrs et clairs qui donnent de nouvelles pistes de réflexion.