2016.12 – Yunhao Na

Vendredi 2 décembre

Yunhao Na
(Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle)

L’embarras du choix sous l’effet de Rashomon :
l’édition des témoins de la Vie de saint Fiacre au tournant des XVe et XVIe siècles

Contrairement aux textes transmis par une multitude de copies, un texte littéraire médiéval conservé dans un nombre très restreint de manuscrits ou imprimés se prête difficilement à une édition critique. Du XIVe au XVIe siècle, la Vie de saint Fiacre en moyen français a circulé sous différentes versions. Parmi elles, figure une composition rimée conservée dans un manuscrit et deux imprimés parus entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle. En parallèle, trois autres manuscrits de la même époque offrent une version en prose similaire, parfois au mot près, de ladite œuvre en vers.

Vitrail de la vie de saint Fiacre, chapelle Saint-Fiacre, Le Faouët. Photographie lavieb-aile.

Les tentatives d’établissement d’un prototype commun aux deux versions échouent, car les témoins ne s’accordent pas sur maints détails, et l’insuffisance de témoins ne nous permet pas de choisir la leçon la plus fidèle. La divergence sur le plan du contenu n’est pas assez importante pour que la configuration de l’œuvre en soit déformée, mais les variantes et les fautes (aux niveaux du mètre, de la rime, du lexique et de la syntaxe), ainsi que certaines ambiguïtés orthographiques et phonographiques, révèlent des désaccords dans la perception, l’interprétation et la reproduction de la langue des sources entre les auteurs de témoins, c’est-à-dire les copistes des manuscrits, les éditeurs anciens et leurs typographes des imprimés. En ce qui concerne ces désaccords, il ne s’agit pas seulement des effets de la diachronie ou du régionalisme : ils exposent aussi les subjectivités des auteurs de témoins et la disparité des subjectivités entre ces individus, que l’expression « l’effet de Rashomon » peut expliquer. Cet effet cognitif du processus de reproduction d’œuvres pourrait être représenté par les malentendus et les erreurs faits par les auteurs de ces témoins.

En classant toutes les différences des témoins, nous essaierons d’analyser la tradition des textes et d’illustrer l’ordre de création des deux versions : le vers puis la mise en prose, ou la prose puis la versification. Nous présenterons la difficulté du choix de base pour notre édition dans cette « situation de Rashomon »1 — où les témoins sont divergents et insuffisants.

1 L’expression « effet de Rashomon » est utilisée lorsque les participants d’un événement en donnent des interprétations contradictoires. L’effet doit son nom au film de A. Kurosawa, « Rashomon », (1950) ».