2017.03 – Parler médiéval après le Moyen Age III

Vendredi 31 mars 2017

Première intervention :

Nicolas Lombart
Université d’Orléans

« Plusieurs autres belles manieres de parler »
Claude Fauchet et la langue poétique médiévale
dans le Recueil de la langue et poesie françoise (1581)

Si le Recueil de 1581 constitue la première anthologie de poésie française médiévale, dans la logique de sauvegarde des « antiquités » françaises promue par son auteur, l’historien-magistrat Claude Fauchet, il apparaît aussi comme le lieu d’une réflexion moderne sur l’histoire de la langue française et d’une première réception « technique » de la langue médiévale. Mais comment Fauchet perçoit-il vraiment l’« ancienne poesie » ? Malgré l’absence d’outils facilitant la compréhension et la datation fine de l’ancien français (celui des « poetes François, vivans avant l’an M. CCC. » indique la page de titre), l’auteur invente sa propre méthode pour recueillir et déchiffrer ce qu’il présente sans cesse comme un patrimoine vivant, à la fois outil d’enrichissement du français moderne et source pour l’historien. On s’intéressera donc à cette méthodologie, aux obstacles rencontrés par Fauchet et surtout à ses centres d’intérêt, notamment lexicaux.

Seconde intervention :

Justine Michon
Lycée La Bruyère – Versailles

« Un gilet taillé en pourpoint »
Modes et enjeux du « style médiéval » aux alentours de 1830.

Première page du manuscrit de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Reproduction issue de l'Encyclopédie Autodidactique Quillet, Tome 3, 1960. Original à la Bibliothèque Nationale.

Il s’agira, à travers des exemples tirés de Notre-Dame-de-Paris de Victor Hugo, des Jeunes-France de Théophile Gautier et de la nouvelle « Les proscrits » d’Honoré de Balzac, de réfléchir à la présence d’un « style médiéval » et à ses fonctions, afin de voir dans quelle mesure de tels choix relèvent du pittoresque ou d’une esthétique littéraire nouvelle, à mettre en lien avec une certaine vogue médiévalisante autour des années 1830. Comme le titre, emprunté à la nouvelle « Elias Wildmanstadius ou l’homme Moyen-Âge » de Gautier peut le suggérer, c’est peut-être à travers l’image parallèle de la mode que ces enjeux seront les plus révélateurs.