2017.05 – Parler médiéval après le Moyen Age IV

Vendredi 05 mai 2017

Première intervention :

Maria Colombo-Timelli
Université Paris Sorbonne (Paris IV)

L’ancien français au
XVIIIe siècle : La Curne de Sainte Palaye lecteur de Chrétien de Troyes

Mémoires de l'ancienne chevalerie par La Curne de Saint-Palaye avec une introduction et des notes historiques par M. Charles Nodier Girard, Paris, 1826

Jean-Baptiste La Curne de Sainte-Palaye (1696-1781) a laissé un certain nombre d’ « extraits » manuscrits tirés, entre autres, des oeuvres de Chrétien de Troyes : son intérêt à l’égard de l’ancienne littérature, qu’il traitait en premier lieu comme une source documentaire sur l’histoire de France, portait aussi sur la langue, et sur le lexique en particulier. Et si son projet de rédiger un Glossaire de l’ancien français n’a pas abouti, les commentaires et les notes qu’il a laissés dans les marges de ses copies nous informent sur la connaissance et la pratique de l’ancien français chez ces véritables pionniers que furent les érudits des Lumières. Je me propose de présenter ici le traitement que La Curne a réservé à trois romans : Erec et Enide, Le Chevalier au Lion, Le Chevalier de la Charrette.

Seconde intervention :

Blandine Longhi
ESPE de Paris

Quelle image de la langue médiévale dans l’enseignement du français ?

Les élèves découvrent aujourd’hui la littérature du Moyen Âge à travers des adaptations diffusées par la littérature de jeunesse et les manuels qui en proposent des extraits. Leur représentation de la langue médiévale est donc déterminée par cette médiation. Quelle connaissance de l’ancien français construisent-ils à partir de ces textes ?

À travers l’analyse de quelques supports proposés aux élèves de collège, il s’agira de s’interroger sur les principales caractéristiques lexicales, stylistiques et syntaxiques des adaptations des oeuvres médiévales. On pourra se demander, d’une part, ce que ces textes révèlent de la réception actuelle de la langue médiévale, et d’autre part s’ils peuvent constituer un point de départ pour une étude de la langue dans une perspective diachronique.