2014.02 – Yela Schauwecker

Mardi 11 février 2014

Yela Schauwecker
(Post-doc)

Karl Lachmann et l’édition historico-critique.
Un aperçu historique.

La méthode historico-critique telle qu’elle a été développée dans les années 1810 par le médiéviste-germaniste Karl Lachmann repose, en principe, sur deux piliers, dont l’un accorde la primauté absolue à l’original d’auteur tandis que l’autre souligne l’importance de la transmission conçue comme un processus de détérioration successive du texte.

Il s’ensuit que l’éditeur doit, dans un premier temps, à l’aide des leçons plus faciles et des erreurs communes, établir un stemma. Celui-ci l’aidera à choisir le meilleur des manuscrits et à déterminer l’ordre dans lequel il devra recourir aux autres manuscrits pour suppléer aux défauts présumés du manuscrit de base (emendatio). Pour rapprocher le plus possible le texte de son édition de l’original supposé, il pourra également introduire des corrections libres du texte (conjectures), voire procéder à un exercice de normalisation du texte dans la langue et le style présumés de l’auteur original.

En France, la méthode historico-critique ne fut adoptée qu’avec une certaine réticence et au terme d’une campagne assez vigoureuse menée par Gaston Paris et Paul Meyer. Elle fut toutefois abandonnée dès 1913, avec la deuxième édition du Lai de l’ombre par Joseph Bédier pour privilégier l’édition de référence.

En Allemagne, la méthode a, d’une manière générale, été adoptée dès Lachmann pour rester en vigueur jusque dans les années 1990. Cette prééminence a toutefois été accompagnée de certaines objections. Dès 1904, Gustav Roethe plaidait ainsi pour l’édition de référence.

Dans les années 1960, Karl Stackmann soulignait, lui, l’impossibilité de reconstruire le vrai original d’auteur. Dans les années 1970, enfin, l’école de Würzburg, en insistant sur l’importance des rapports multiples existant entre la transmission d’un texte quelconque et son auteur, les scribes, les rédacteurs et le public contemporain anticipait, dans une certaine mesure, les idées avancées plus tard par la Nouvelle Philologie. C’est d’ailleurs dans le cadre des débats entourant la Nouvelle Philologie, dans les années 1990, que la méthode a finalement été abandonnée par les médiévistes-germanistes allemands.

Bibliographie sélective

PowerPoint