2014.04 – David Trotter

Mardi 08 avril 2014

David Trotter
(Professeur de l’Université d’Aberystwyth)

La linguistique médiévale en Angleterre :
historique et état de la question

David Trotter a évoqué le paysage britannique de la recherche en linguistique médiévale et nous a présenté les chercheurs les plus importants, notamment ceux opérant dans le champ des études romanes, d’orientation pan-romane, de la linguistique historique et diachronique du français, des recherches dans le domaine de l’anglo-normand, ainsi que dans les éditions de textes.

Il a regretté vivement le fait que les étudiants britanniques soient si peu nombreux à se consacrer sérieusement à la recherche sur l’ancien français, fait qu’il a attribué, entre autres, aux récentes évolutions du système universitaire, qui avait supprimé la quasi-totalité des subventions publiques accordées aux organismes universitaires dont les activités n’ont pas trait aux sciences naturelles. Conséquence de ces évolutions : on observe une accélération de la perte d’étudiants qui était déjà générale dans les langues étrangères depuis une dizaine d’années, et plus particulièrement au niveau du français, qui perd du terrain par rapport à l’espagnol.

Suite à une réduction d’heures, et pour des raisons liées au statut des langues étrangères, il est désormais devenu plus difficile pour les étudiants d’atteindre le niveau nécessaire pour se lancer dans un doctorat ou dans une carrière dans le domaine de la recherche. Cela a un impact considérable sur le paysage de la recherche portant sur l’ancien français, car le nombre d’enseignants de l’histoire de la langue française est très faible en Angleterre. On aura du mal à trouver des successeurs pour remplacer les chercheurs qui partent à la retraite. À cela s’ajoute le fait que c’est surtout la littérature, plutôt que la « linguistique dure », qui attire les étudiants.

À l’issue de son exposé, une discussion assez vive s’est engagée, autour de la marche à suivre dans la formation à la recherche en générale et, plus particulièrement, à l’histoire de la langue française. L’importance de la mobilité internationale a été soulignée, qui tend, certes, à prolonger le temps des études, mais qui permet en même temps au jeune chercheur d’assimiler un corpus de connaissances plus diversifié. Dans cette configuration, il n’est pas rare que la formation d’un jeune chercheur dure jusqu’à l’âge de 30 / 35 ans avant que celui-ci ne finisse par s’établir. Il semble que le modèle ancien, selon lequel un professeur prépare « son élève » à une carrière dans la recherche et à sa succession soit de plus en plus abandonné au profit d’une formation comportant des étapes, des lieux et des professeurs différents. Il serait, sur ce point, souhaitable que des collaborations internationales entre des chercheurs établis soient renforcées dans ce sens. Mais il ne faut pas oublier que les points les plus importants pour réussir en linguistique médiévale nécessitent de se confronter véritablement avec les textes originaux, de les lire soi-même, d’apprendre l’ancienne langue et de travailler moins souvent avec des traductions. De bonnes connaissances en langue latine constituent un atout considérable.